Capsules linguistiques

Capsules linguistiques

Enrichissez votre français grâce à nos capsules hebdomadaires

cta-block-04

Chaque semaine, vous pouvez retrouver une capsule linguistique sur notre page d’accueil qui met en lumière un point de la langue française.

Trois catégories se succèdent au fil des semaines : «Que choisir », « Expressions québécoises » et «Anglicismes ». Chacune à sa façon vous aidera à enrichir votre français en un coup d’œil.

Depuis le lancement du site, nous avons notamment fait la différence entre l’utilisation de «an» et « année », expliqué le sens du mot « pantoute » et indiqué pourquoi le verbe «questionner» ne s’emploie pas de la même façon en français et en anglais.

Vous retrouverez ici la liste complète des capsules publiées jusqu’à aujourd’hui. Bonne découverte !

Que choisir?

Pour ne plus faire d’erreurs sur l’orthographe ou le sens d’un mot, lisez les capsules ci-dessous:

Une jupe bleue / une jupe bleu clair

Lorsqu’on utilise un adjectif de couleur, on l’accorde avec le nom qu’il accompagne (sauf pour certains adjectifs issus d’un nom, tels que « marron » et « orange », qui restent invariables). Par contre, si on précise la teinte de la couleur, on ne fait pas l’accord puisque le nom de la couleur n’est plus un adjectif mais un substantif. Exemple: une chemise verte ; une chemise vert pâle (sous-entendu : d’un vert pâle).

Censé ou sensé ?

L’adjectif «sensé» est dérivé du mot «sens» et qualifie ce qui est logique, raisonnable. Exemple: Elle a présenté une réforme sensée qui a été acceptée à l’unanimité. Pour sa part, l’adjectif «censé» a plutôt le sens de «être supposé». Exemple: Nous sommes censés appliquer le règlement à la lettre mais, dans les faits, nous faisons preuve de souplesse.

Plus tôt ou plutôt ?

L’adverbe «plutôt» sert à décrire ce qui serait préférable, ce que l’on choisirait par rapport à une autre chose. Exemple: «J’aurais pu voyager cet été mais je vais plutôt m’inscrire à une session universitaire». La structure comparative «plus tôt» désigne un moment antérieur dans le temps. Exemple: «D’habitude, j’arrive au travail à 9 heures mais demain matin, je vais arriver plus tôt, vers 8 heures, pour travailler au calme avant que tout le monde arrive».

Social ou sociable ?

Le premier adjectif s’emploie pour parler d’une chose qui s’applique à la société en général (une mesure sociale, l’assurance sociale, les inégalités sociales) ; on utilise l’adjectif « sociable » pour décrire une personne qui a de bonnes relations avec les autres.
Une personne sociable a donc beaucoup de relations sociales!

Notable ou notoire ?

Le premier adjectif décrit ce qui mérite d’être noté, d’être remarqué en raison de son importance, de son caractère flagrant. Exemple : « La différence de productivité entre ces deux services est notable ». L’adjectif « notoire » désigne quant à lui ce qui est connu de tous, ce qui est de notoriété publique. Exemple : « Le manque de ponctualité de Michel est notoire et plus personne ne s’en offusque ».

Les adverbes qui finissent en «-ment» prennent-ils un ou deux «m» ?

La grande majorité des adverbes sont formés à partir d’un adjectif au féminin auquel on ajoute la terminaison «-ment», comme «doucement», par exemple. Mais lorsque l’adjectif se termine par les lettres «-ent» (comme fréquent, prudent), ou «-ant» (comme méchant, élégant), on supprime le «-nt» final et  double le «m» pour former l’adverbe : fréquemment, prudemment, méchamment, élégamment.

Source : http://www.academie-francaise.fr/dire-ne-pas-dire/emplois-fautifs

An ou année?

« An » s’utilise comme repère chronologique et sert généralement à identifier ou à compter (exemple : en l’an 2000, il y a 5 ans, etc.). « Année » s’utilise pour parler des évènements qui se sont produits durant une période de temps particulière (exemple : L’année dernière, j’ai fait un beau voyage).

Des maisons, de belles maisons

Lorsque l’article indéfini pluriel «des» est placé devant un adjectif, il perd son -s final. Exemple: des enfants ; de jeunes enfants.

Un chiffre, un nombre, un numéro

Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter une quantité située entre 0 et 9. Un nombre est supérieur à 9 et est donc constitué de plusieurs chiffres (10, 11, etc.). Un numéro est une sorte de code qui sert à identifier, comme un numéro de téléphone ou un numéro d’assurance sociale, par exemple.

Davantage, d'avantage(s)

« Davantage » signifie « en plus grande quantité ». À ne pas confondre avec «d’avantage(s) » qui est en fait la contraction de la préposition « de » et du nom « avantage(s) ». Celui-ci est le contraire du mot « inconvénient ».

Cela ou ça?

Le pronom démonstratif « Cela » est utilisé pour dire « cette chose ». Il peut se contracter en « ça », notamment dans la langue parlée et dans certaines expressions couramment utilisées, comme « Ça va » ou « Ça dépend ».

D'ailleurs ou par ailleurs?

Ils apportent tous deux un complément d’information, mais l’objectif est différent. « D’ailleurs » apporte une confirmation. Exemple:  « Paul adore la Gaspésie ; d’ailleurs, il y va chaque année ». À ne pas confondre avec «Par ailleurs » qui introduit une contradiction avec le reste de la phrase. Exemple:  « Michel fait du bon travail ; par ailleurs, il manque de ponctualité ».

Une face, un visage ou une figure?

Pour parler de la partie antérieure de la tête, on utilise le mot « visage ». Le mot « face » s’utilise pour localiser une personne ou une chose, comme dans les expressions « en face de » ou « face à face ». Tout comme le mot « figure », il peut être utilisé comme synonyme de « visage » mais il prend alors une connotation péjorative.

Officiel ou officieux?

Ces deux mots sont des antonymes, c’est-à-dire des contraires. Une information est officielle lorsqu’elle est publiquement annoncée par une autorité compétente (comme le gouvernement, par exemple). En revanche, un renseignement officieux n’est pas confirmé, même s’il a été divulgué par une source bien placée.

Exemple : Cette nouvelle est encore officieuse mais elle sera rendue officielle la semaine prochaine.

Une pièce, une chambre ou une salle?

Une pièce est une partie d’un immeuble délimitée par des murs et parfois (mais pas toujours) fermée par une porte. La chambre est la pièce où l’on dort. La salle est une pièce qui a une fonction spécifique : salle à manger, salle de réunion, salle de bain, salle de prière, etc.

Apporter ou amener?

Le mot « porter » s’utilise pour parler d’un objet  et « mener » fait référence à une personne. Le préfixe « a- » signifie « à destination ». Exemples : Il a amené son enfant à l’école ; Il a apporté le dossier au directeur.

Alternative, choix ou option?

Une alternative désigne un ensemble de deux solutions dont les aboutissements sont différents. Lorsqu’on a deux choix, il est donc erroné de dire qu’on a deux alternatives: on n’en a qu’une.  Le mot « option » désigne plutôt un choix supplémentaire qui vient s’ajouter à un possibilité existante, prédéfinie et souvent imposée. Ex: «Il y a un accident sur la route 135 mais la route 128 est une bonne option de contournement.»

Faire quelque chose dans ou en un mois?

« Dans un mois » signifie « le mois prochain », et fait donc référence à un moment dans le futur. Exemple : « Je vais partir en vacances dans un mois » (c’est-à-dire au mois de mars).

La préposition « en » exprime le temps qu’il a fallu pour compléter une activité. Exemple : « Leandro est un travailleur très efficace, il a terminé la rédaction de son rapport en un mois. »

Accident ou incident?

On utilisera le mot « accident » pour parler d’un évènement fortuit, qui arrive par hasard; il peut avoir des conséquences négatives pour des biens ou des personnes. Exemple: Alain a dû être transporté d’urgence à l’hôpital après son accident de voiture.

Le mot « incident » est plutôt employé pour parler d’un évènement qui peut perturber le cours d’une action mais qui est de faible importance. Exemple : Le micro du chanteur était défectueux et cet incident a gâché sa performance.

Source : OQLF

Instant ou moment?

Ces deux mots désignent une courte période de temps. On estime qu’un moment est plus long qu’un instant. Si vous parlez avec quelqu’un pendant un moment, votre conversation durera plus longtemps que si vous lui parlez un instant, ce qui sous-entend que vous n’avez pu lui parler que quelques secondes ou que votre dialogue a été interrompu.

Stupéfait ou stupéfié?

Ces deux mots de sens très proche s’emploient dans des constructions différentes.

« Stupéfait » est un adjectif ; il décrit l’état de quelqu’un qui est « ébahi, ahuri, frappé d’une grande surprise ». Exemple: Fadi était stupéfait d’apprendre qu’il avait gagné la compétition de ski. »

« Stupéfié » est formé à partir d’un verbe. Il exprime donc une action, pas un état. Exemple: « Sonia a été stupéfiée par les images du tremblement de terre » ou « Les images du tremblement de terre ont stupéfié Sonia. »

Source : OQLF

Les méninges

Ce mot désigne le cerveau et la capacité de réflexion. On le retrouve notamment dans des expressions comme « se creuser les méninges » (réfléchir intensément pour trouver une solution à un problème) ou encore la magnifique locution « remue-méninges » qui traduit si habilement le mot anglais « brainstorming ».

Conter ou compter?

Ces deux verbes ont la même racine latine mais leur sens est maintenant bien différent.

« Conter » est encore beaucoup employé au Québec mais il est souvent remplacé par « raconter » dans le reste de la francophonie. Il signifie « rapporter un fait, narrer ». On peut conter une histoire à des enfants, conter sa vie ou encore conter des menteries (mensonges).

« Compter » signifie « déterminer un nombre, une quantité ». On peut compter les membres d’un groupe, des objets, des heures, etc.

Source: Larousse

Symbole québécois

Que représente la fleur de lys?
Ce symbole est l’emblème des rois de France. Il rappelle les origines françaises du peuple québécois. C’est pourquoi on retrouve quatre fleurs de lys sur le drapeau du Québec, que l’on nomme aussi « le fleurdelisé ».
Vous verrez beaucoup de fleurs de lys au Québec à l’occasion de la Saint-Jean-Baptiste!

Congé ou vacances?

Le premier terme désigne une période durant laquelle on s’absente du travail pour une raison précise (congé maladie, congé maternité). On peut prendre une journée de congé ici ou là durant l’année, et chaque travailleur québécois bénéficie de deux semaines de congés payés par an.
« Partir en vacances » s’utilise plutôt quand on quitte son domicile pour une destination précise, que ce soit pour faire du tourisme ou pour rendre visite à ses proches.

Nominé ou nommé?

Ces deux adjectifs ont bien entendu un rapport avec le «nom» mais sous différents sens. «Nominé» est synonyme de «présélectionné pour recevoir une récompense ou un titre honorifique». On peut donc dire qu’un film a été nominé aux prix Gémeaux, ou que Guylaine Tremblay a été nominée dans la catégorie «meilleure actrice».

«Nommé» est synonyme de «choisi pour exercer une certaine fonction». Les juges et les ministres, par exemple, sont nommés à leur poste.

Source: OQLF

Un Québécois / un homme québécois

Comment savoir s’il faut mettre une majuscule ou non lorsqu’on veut exprimer une nationalité? Il faut se demander si la nationalité est exprimée par un nom (un Québécois, des Acadiens, etc.) ou plutôt par un adjectif (un cinéaste québécois, un roman acadien, une entreprise canadienne).

Expressions québécoises

Découvrez les mots et les expressions qui rendent la langue québécoise si unique.

Faire dur

Avoir une apparence ridicule, misérable ou déplaisante. Exemple: Ma voiture fait dur : elle est si rouillée qu’on ne voit même plus la peinture d’origine!

Mets-en !

Tu l’as dit ! Tu as tout à fait raison ! Exemple : «- Cette conférence était vraiment intéressante ! – Mets-en! »

Ça va faire !

Ça suffit! C’est assez! (expression de colère ou d’impatience).
Exemple : Ça fait vingt minutes que j’attends pour avoir une table dans ce restaurant. Bon, ça va faire: je vais aller voir s’il y a de la place ailleurs.

Déjeuner, dîner ou souper ?

Tout comme en Belgique, les Québécois déjeunent le matin, dînent le midi et soupent le soir. Les Français, eux, semblent avoir perdu l’appétit et le goût pour la soupe: ils mangent un petit-déjeuner le matin, puis leur déjeuner, puis leur dîner.

Capoter

Ce mot peut avoir plusieurs sens selon le contexte. Il peut exprimer :
– une grande joie (exemple: « J’ai eu mon diplôme! Je capote! »)
– un sentiment de colère (exemple : « Paul ne m’a pas encore remboursé l’argent qu’il me doit depuis 3 mois. Je capote! »
– un sentiment d’anxiété, d’impuissance (exemple: « Quand j’ai appris qu’il avait eu un accident, j’ai capoté »).
Si on ajoute « bin raide », on augmente l’intensité du sentiment.

Épeurant

Cet adjectif formé à partir du mot « peur » est un synonyme de « effrayant » et il décrit quelque chose ou quelqu’un qui fait peur. Exemple: « Les décorations de la maison du voisin sont très réalistes, elles sont épeurantes pour les jeunes enfants ».
Il ne faut pas le confondre avec « apeuré » et « effrayé » qui décrivent l’état de la personne qui a peur.

C'est de valeur!

C’est dommage, c’est regrettable. Exemple: C’est de valeur que tu aies manqué la réunion d’hier, on a discuté des points importants.

Pantoute

Pas du tout. Exemple: « -Est-ce que ça te dérange de garder mon chien pendant mes vacances? – Pantoute! J’adore m’en occuper ».

C'est plate!

C’est ennuyant (mais aussi parfois c’est dommage). Exemple: Ce livre est vraiment plate : il faut attendre le chapitre 9 pour qu’il y ait de l’action!

Se faire passer un sapin

Cette expression fait référence au bois de sapin baumier, arbre qu’on décore à Noël mais qui est de piètre qualité. Si quelqu’un veut acheter du bois pour des travaux de construction ou d’ébénisterie, il préfèrera du bois plus noble comme l’épinette et ne voudra pas qu’on lui donne du sapin baumier à la place.

« Se faire passer un sapin » est utilisé de nos jours pour dire « se faire avoir, se faire tromper ».

Il fait frette

Cette expression est utilisée pour parler d’un froid intense. Au Québec, on l’utilise lorsque la température descend en dessous de -20° C ou que le refroidissement éolien (ou « facteur vent ») devient particulièrement mordant. Dans ces conditions, on évite de jouer dehors trop longtemps ou de faire de longues promenades dans les sentiers enneigés.

Au dessus de -20° C, il fait juste « froid » et comme c’est l’hiver, il n’y a rien d’exceptionnel à cela!

En titi

Beaucoup. C’est un diminutif d’un « sacre », c’est-à-dire une expression vulgaire empruntée au vocabulaire religieux. Sous cette forme abrégée, on peut l’utiliser dans la vie courante sans offenser qui que ce soit. Exemple: Il faut être courageux en titi pour parcourir l’Amazonie en solitaire.

Vocabulaire québécois de saison - l'habillement

Comment s’habille-t-on au Québec lorsqu’il fait « frette » ? On couvre ses mains de mitaines qui gardent les doigts plus au chaud puisqu’ils ne sont pas séparés comme dans des gants. On enroule un foulard (une écharpe) autour du cou des adultes et un cache-cou protège celui des plus petits. Finalement, on met une tuque (un bonnet) sur la tête.

À noter que les mots « mitaines » et « foulard » existent aussi dans le reste de la francophonie mais qu’ils désignent des accessoires à but plus esthétique que protecteur!

Vocabulaire québécois de saison - la neige sous toutes ses formes

Même si l’hiver que nous vivons cette année est plutôt clément, nous avons rencontré quelques éléments typiques de l’hiver québécois.

Il n’a pas neigé beaucoup jusqu’à maintenant, mais la bordée de neige (tempête de neige) de la fin décembre nous a laissé des bancs de neige (congères) sur le bord des rues. Nous avons eu quelques épisodes de poudrerie (blizzard) qui ont rendu les déplacements difficiles, surtout en voiture. Mais c’est vraiment la glace noire (verglas) qui cause le plus d’accidents cette année. Il faudra attendre jusqu’au redoux (remontée des températures) pour que la neige et la glace se transforment en sloche (gadoue constituée de neige fondante et d’eau) puis disparaissent au retour du printemps.

A c't'heure (aussi orthographié « Astheure »)

Maintenant.
Exemple: Paul a changé de carrière. Avant, il était comptable mais à c’t’heure, il est notaire.

Cette expression a parfois aussi le sens de « de nos jours, à notre époque ».
Exemple : Il y a 30 ans, c’était facile d’avoir un prêt de la banque mais à c’t’heure, il faut prouver qu’on est solvable.

Tiguidou!

D’accord, pas de problème, ça marche.
Exemple: – Je t’invite au restaurant. On se rejoint là-bas vers 19h? – Tiguidou!

En masse

Beaucoup.
Exemple : Il n’aura pas de problème à trouver un emploi après ses études. Il a en masse de contacts dans le domaine qu’il vise.

Dispendieux

Très cher. Exemple : « Les loyers augmentent d’année en année et ils sont particulièrement dispendieux dans les grandes villes. »

C't'encore drôle!

Cette expression signifie « Ce n’est pas si sûr » et elle exprime un doute face à une affirmation qui a été dite comme une évidence.
Exemple :
« – Il paraît que l’hiver sera très froid cet année !
– C’t’encore drôle, on disait ça l’année dernière et finalement l’hiver a été doux. »

Pogner un rhume

Le verbe « pogner » est synonyme de « attraper ». L’hiver étant une saison propice aux virus et aux microbes, il n’est donc pas rare de pogner un rhume ou toute autre maladie contagieuse. Courage, le printemps est à nos portes!

Être su'l piton

Vous avez été malade? Prenez du repos, allez voir votre médecin si les symptômes persistent et demandez conseil à votre pharmacien. Il y a sûrement un remède pour vous requinquer, vous remettre sur pied ou, comme on dit au Québec: « vous remettre su’l piton ».

Avoir le bec sucré

Si vous êtes gourmand et que vous avez une faiblesse pour tout le chocolat, les bonbons et autres sucreries, cette expression s’applique à vous! Avec l’arrivée du printemps, les Québécois vont se sucrer le bec dans une cabane à sucre pour déguster les produits de l’érable.

Pas pire

Cette expression très répandue au Québec signifie « pas mal »,  « plutôt bien/bon ». Exemple: « Hier, j’ai goûté une bière de microbrasserie qui n’était vraiment pas pire ».

Une patente

Un truc, une chose, un objet sans grande valeur.
On retrouve aussi le verbe « patenter » qui signifie «bricoler, trouver une solution temporaire ».
Exemple: « La chaise était brisée mais j’ai patenté de quoi en attendant d’en racheter une autre. »

Faire quelque chose « comme du monde »

Faire quelque chose bien, correctement, comme il se doit.

Exemple: « Arrête de faire n’importe quoi, fais ton travail comme du monde! »

Mettre sur les tablettes

Cette belle expression s’utilise lorsqu’un dossier jugé important est discrètement mis de côté, ou encore que des recommandations portant sur un problème criant sont poliment ignorées.

Dans la langue standard, on utilise également l’équivalent « remettre quelque chose aux calendes grecques ». Au Québec, on retrouve également l’expression « mettre quelque chose sur la glace » et même le dérivé direct de l’expression, le verbe « tabletter ».

Adonner

Le verbe « adonner » s’utilise pour parler de quelque chose qui se produit de façon fortuite, d’une coïncidence.

Il peut avoir différentes nuances de sens selon le contexte. Exemple: « Tu vas à Québec cette fin de semaine? Ça adonne que moi aussi! Faisons du covoiturage! » ; « Je devais commencer mes cours de zumba ce soir mais ça adonne mal: mon fils est malade! ».

Anglicismes

Évitez les fautes en apprenant l’utilisation correcte de mots souvent empruntés de la langue anglaise.

Un support

Un support est un objet qui soutient le poids d’un autre objet ; il peut aussi désigner quelque chose qui sert à enregistrer des données, notamment numériques. Pour parler de l’aide que quelqu’un nous donne, on parlera plutôt du soutien (exemple : «Le soutien de mes proches m’a permis de réussir cet examen»).

Graduer

En français, ce verbe signifie « diviser en degrés ». On utilise par exemple une tasse graduée pour mesurer les ingrédients lorsqu’on prépare une recette. Par contre, à la fin de l’année scolaire ou universitaire, les étudiants qui réussissent leurs études obtiennent leur diplôme ou sont diplômés.

Source: OQLF

Second

Lorsqu’on place des éléments dans un ordre hiérarchique, l’utilisation du mot « second » sous-entend qu’il n’y a que deux éléments à cette liste. Exemple : Il y a deux problèmes majeurs : le premier est simple, le second est plus complexe. Lorsque la liste contient plusieurs éléments, on utilisera alors « deuxième ».

Une place

Le mot « place » désigne un espace public découvert à l’intersection de plusieurs rues. Il peut comporter un monument, une fontaine, etc. On parle, par exemple, de la place de l’Hôtel-de-Ville à Montréal.
Le mot « endroit » est donc beaucoup plus général puisqu’il désigne tout simplement un lieu, sans restriction de sens.

« Excité(e) » par la rentrée ?

Cet adjectif est à utiliser avec prudence en français. Tout d’abord, il manque de précision car il peut décrire une grande variété d’états d’esprit (agitation, énervement, fébrilité, etc.). Ensuite, ce mot est rarement utilisé de nos jours car il a une connotation sexuelle.
Il serait donc préférable de dire que vous « avez hâte à la rentrée » !

Effectif

En français, ce mot signifie « qui est en application ». On peut par exemple dire qu’un loi sera effective à partir du 1er octobre.

Si on veut dire que quelqu’un travaille vite et bien, on utilisera plutôt l’adjectif « efficace ».

Prendre une pause

C’est une traduction mot-à-mot de l’anglais. En français, on utilise plutôt le verbe « Faire ». Exemple: « Quand on travaille devant un ordinateur, il faut faire une pause toutes les 20 minutes pour ne pas fatiguer ses yeux. »

Confident (confiant)

Utilisé dans le sens de « avoir confiance en soi » ou « être sûr de qqche », ce mot est un calque de l’anglais. Il existe aussi en français mais il désigne alors une personne à qui on se confie, à qui ont raconte des secrets (exemple: « Ma soeur est ma seule confidente et je suis sûre qu’elle ne dévoilera pas mes secrets »).

Un ticket

Plusieurs alternatives existent au mot ticket selon le contexte. Lorsqu’on fait un excès de vitesse, on risque de recevoir une contravention (ou une amende). Si on est amateur de sport ou de culture, on peut acheter un billet pour aller voir une partie ou un spectacle, et même un abonnement saisonnier pour assister à toutes les rencontres.

Un résumé

En français, ce mot désigne un court compte-rendu d’un texte ou d’un document. Il ne faut donc pas l’utiliser pour parler du curriculum vitae (ou CV), ce récapitulatif des études et de l’expérience professionnelle essentiel pour faire une demande d’emploi.

Confortable

On peut dire d’une chose qu’elle est « confortable » puisqu’elle nous apporte un certain confort (une chaise confortable, des vêtements confortables). Par contre, pour parler du sentiment de bien-être d’une personne, on emploie les locutions « être à l’aise » ou « être bien ».

Une place

Le mot « place » désigne un espace public découvert à l’intersection de plusieurs rues. Il peut comporter un monument, une fontaine, etc. On parle, par exemple, de la place de l’Hôtel-de-Ville à Montréal. Le mot « endroit » est donc beaucoup plus général puisqu’il désigne tout simplement un lieu, sans restriction de sens.

La balance

Ce mot désigne un appareil qui permet de mesurer un poids. en français, lorsque les poids placés de chaque côté de la balance sont égaux, on atteint alors une situation d’ « équilibre ». Ce mot s’utilise également pour parler de la capacité à maintenir une position sans tomber, ou d’une harmonie entre plusieurs forces ou facteurs.

Questionner

En français, ce verbe signifie « poser des questions à quelqu’un »; Contrairement à l’anglais, il n’est pas équivalent à  « mettre en doute, remettre en question » ni « s’interroger sur ».

Exemple : Le directeur questionne les employés pour mieux connaître leurs besoins car, étant donné le fort taux d’absentéisme, il s’interroge sur leur bien-être au travail.

Un billion

Selon le système comptable utilisé, ce terme ne représente pas toujours le même nombre. Dans le système français, après mille, on alterne entre -ion et -iard : million, milliard, billion, billiard, trillion, trilliard, etc.  Dans le système anglais, on change plutôt le début du mot : million, billion, trillion, etc.
Exemple : Les personnes qui possèdent plus de mille millions (ou un milliard) de dollars sont des milliardaires, non des billionaires.

Un poste

En français, ce mot désigne le titre de l’emploi de quelqu’un. Exemple: Paul occupe ce poste de chargé de projet depuis cinq ans.

Attention à ne pas confondre le mot « poste » avec le mot « position » qui désigne plutôt une posture particulière du corps (debout, assis, couché, etc.).

Sauver

Il est possible de sauver une personne (lorsqu’elle court un grave danger) ou une chose (qui est menacée de destruction ou de disparition). Par contre, en français, ce verbe ne s’utilise pas avec les notions de temps (on utilisera plutôt « gagner du temps »), d’argent (« économiser ou épargner de l’argent ») ou de travail (« sauvegarder son travail sur l’ordinateur avant de l’éteindre »).

Évidence

En français, ce mot signifie « qui est évident, qui tombe sous le sens ». On peut par exemple dire que faire l’achat d’un  manteau chaud, d’une tuque et de bonnes mitaines est une évidence à Montréal.

Si l’on veut parler d’un élément qui prouve quelque chose, on utilisera alors plutôt le mot « preuve » en français.

Audience

Ce mot désigne deux choses: d’une part, le public touché par un média particulier (et on peut donc calculer le nombre de personnes qui écoutent une émission en mesurant l’audience, par exemple) ; d’autre part, c’est la séance durant laquelle le juge entend les parties, les plaidoyers et les témoignages dans un tribunal.

Si on veut parler des gens qui écoutent une présentation ou une conférence, on parlera de public ou d’auditoire (qui désigne l’ensemble des auditeurs).

Éventuellement

En français, cet adverbe exprime une possibilité, une éventualité qui peut se réaliser ou non. Exemple: « S’il neige demain, nous pourrions éventuellement aller skier. » Contrairement à l’anglais eventually, il n’exprime pas un fait qui se produira un jour, au bout du compte, avec certitude.

Implémenter

Ce mot est souvent utilisé à tort au lieu de «mettre en place » ou « implanter ». La différence est ténue mais elle existe bel et bien!

Être dans le trouble

Avoir des problèmes, avoir des ennuis. En français, le  mot « trouble » peut en effet désigner un état émotionnel causé par une émotion forte, ou un tumulte causé par des manifestants lors du discours d’un politicien, par exemple.

Spécialement

Ce mot existe en français, mais dans un sens bien précis: il veut dire « d’une manière spéciale ». Exemple: « Ce caligraphiste fait venir son encre spécialement de Chine ».
Il ne faut donc pas l’utiliser à la place de « surtout » ni « en particulier », comme dans l’exemple suivant: « Nous avons connu un printemps pluvieux, surtout dans les deux dernières semaine ».

Être biaisé

En français, on peut dire qu’un débat, un argument ou une observation sont biaisés, ce qui veut dire qu’ils sont tendancieux et favorisent un côté au détriment de l’autre. Par contre, on ne peut pas, contrairement à l’anglais, utiliser cet adjectif pour parler d’une personne. On dira plutôt que quelqu’un est partial ou manque d’objectivité.

Qu'y a-t-il de mal à couper dans les dépenses pour sauver de l'argent?

Rien du tout! Il est même louable de vouloir se montrer économe. Par contre, cette phrase contient deux anglicismes: il faudrait plutôt dire qu’on réduit les dépenses pour économiser ou épargner de l’argent.

Solutionner

Ce verbe, formé à partir du nom « solution », est souvent associé au verbe anglais « to solve ». Cela dit, il existe déjà un équivalent français: le verbe « résoudre », que l’on peut associer à divers nom tels que « résoudre un problème » ou « résoudre une équation ».

Mystère résolu!

Contacter quelqu'un

Bien que ce verbe soit maintenant passé dans le langage courant, il a été formé sous l’influence de la langue anglaise.
Selon le contexte, on pourra trouver un équivalent plus précis, comme par exemple: s’adresser à, prendre contact avec, communiquer avec, joindre, écrire, parler ou téléphoner à quelqu’un.

(source : http://amourdelalanguefrancaise.blogspirit.com/tag/prendre+contact)

Présentement

Quoique cet adverbe soit également employé dans d’autres régions du monde francophone, il est préférable d’utiliser « actuellement » en français standard pour éviter les associations avec le terme anglais « presently ».

Exemple: « Le réseau sans fil est actuellement indisponible mais nos techniciens sont à l’œuvre pour résoudre ce problème dans les meilleurs délais. »